On a traversé la frontière Colombie – Equateur !

Bonjour !

Cette page n’est malheureusement plus mise à jour.

Je vous invite donc à vous rendre sur notre nouveau site « Instant Tanné » 

pour consulter cet article et les suivants !

Bonne lecture !

De retour dans le récit de notre voyage de plus d’un mois à travers la Colombie et l’Equateur ! Après une étape à Ipiales, ville frontière côté Colombie, on se dirige donc, au petit matin, vers la ville frontière côté Equateur : Tulcán.

Je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre, concernant ce passage de frontière, puisque les frontières que j’ai traversées auparavant sont principalement situées en Europe et ce franchissement ne se sent pas vraiment puisqu’on ne rencontre ni de douane, ni de bureau d’immigration.

Avant de se rendre en Equateur, on a dû changer nos pesos pour des dollars. On l’a fait dans la rue (mais cela peut aussi s’effectuer dans un bureau de change), avec une personne à badge bleu, habilitée à nous acheter nos pesos et à nous vendre des dollars. On s’est vite sentis appauvris, quand on a donné une liasse énorme de pesos et que l’on nous a rendu quelques billets de dollars ! C’est vrai que le taux de change n’a pas vraiment été avantageux pour nous : 3000 pesos n’équivalent qu’à 1 seul petit $..!

Le programme de la journée était donc le suivant : changement de monnaie, passage de la frontière, visite du fameux cimetière de Tulcán et suite de notre route en bus, à destination du nord-ouest de l’Equateur et de la ville de Santo Domingo de los Colorados.

cambio-dinero-frontera-colombia-ecuador

puente-rumichaca-frontera-colombia-ecuador

cruzar-frontera-rumichaca-colombia-ecuador

Passage de la frontière : fait ! On a d’abord enregistré notre sortie du territoire côté colombien, puis on est allé au bureau de l’immigration côté Equateur pour enregistrer notre arrivée.

migracion-ministerio-ecuador-frontera-colombia

Vite fait, bien fait !

Une fois cette paperasse effectuée, on s’est rendu à la visite incontournable de Tulcán : son cimetière. C’est un peu glauque dis comme ça, mais son architecture vaut vraiment le détour.

vista-tumbas-cementerio-tulcan-ecuador

obras-cipres-cementerio-tulcan-ecuador

tumbas-techo-cementerio-tulcan-ecuador

tumbas-muro-cementerio-tulcan-ecuador

sendero-figuras-cementerio-tulcan-ecuador

jardin-arbol-cementerio-tulcan-ecuador

arco-jardin-cementerio-tulcan-ecuador

camino-figuras-verdes-cementerio-tulcan

escultura-virgen-legarda-cementerio-tulcan
Vierge de Legarda

obra-verde-cementerio-tulcan-ecuador

figura-verde-cementerio-tulcan-ecuador

Edward aux mains d’argent serait-il passé par là, pour tailler tous ces cyprès ? Malheureusement non, mais on doit ce très joli cimetière au sculpteur José María Azael Franco Guerrero, qui, de manière posthume, a donné son nom au cimetière de Tulcán.

flor-blanca-cementerio-tulcan-ecuador

flor-malva-cementerio-tulcan-ecuador

zonotrichia-capensis-cementerio-tulcan-ecuador
Bruant chingolo

La fin de journée arrive, il nous reste encore plus de 7 heures de trajet avant de rejoindre Santo Domingo de los Colorados, alors on se quitte ici, en admirant les paysages du bord des routes équatoriennes, pour mieux se retrouver, dans un prochain article, dans la ville des « colorés »

paisaje-montana-ruta-tulcan-ibarra

cactus-ruta-tulcan-ibarra-ecuador

nieve-cima-ruta-tulcan-quito

atardecer-ruta-tulcan-quito-ecuador

Publicités